Les solutions pour payer les travaux de rénovation immobilière

La rénovation d’une habitation a un prix. Trouver un financement pour entreprendre les travaux peut s’avérer difficile. Heureusement qu’il existe différentes formes de crédit qui peuvent assurer le projet. Il est conseillé de faire une estimation préalable du coût des travaux afin d’avoir une idée du montant à emprunter.

Coupler un prêt travaux avec le crédit immobilier de départ

On achète ou on construit une maison moyennant un prêt immobilier. On n’utilise pas les fonds de ce prêt pour de simples travaux de rénovation. Vous ne faites pourtant que de la rénovation sur un bien déjà acquis ? Vous pouvez recourir à un prêt sans justificatif, surtout si vous hésitez quant au montant du projet.

Sachez cependant qu’il est possible d’inclure directement le prêt travaux (de rénovation) au crédit initial, c’est-à-dire au crédit immobilier. Dans ce cas, l’offre est avantageuse dans la mesure où le taux de remboursement reste le même. Les deux emprunts vont être simultanés. Ils seront remboursés en une seule mensualité comme étant un crédit unique.

Il est à noter que le dispositif a des conditions de solvabilité. Il faut que le dossier de demande soit livré avec un devis professionnel. Ce devis va prouver le coût des travaux à entreprendre. Ensuite, pour pouvoir décaisser la somme, il faut justifier les dépenses entreprises. Et pour finir, il faut passer par les prestations d’un artisan de renom pour entreprendre les travaux.

Autres solutions de financement possibles

Le crédit à la consommation est parmi les options les plus simples. Si les travaux de réhabilitation s’avèrent urgents, le crédit rapide peut être une meilleure option. Ce type de prêt conso se contracte en ligne. Il est préférable de faire des comparaisons entre les propositions. L’acquéreur peut passer par des sites de simulation. Cela va permettre d’avoir approximativement l’offre qui est en adéquation avec ses besoins.

La Caisse d’allocation familiale (CAF) peut être un autre choix. Une aide financière peut donc être demandée sans devoir répondre à des conditions particulières. Cependant, une expertise des travaux à entreprendre sera effectuée. Cela doit être fait pour mieux connaître le coût des travaux envisagés et les crédits libres.

Les prêts bonifiés par l’État

Ces prêts sont généralement attribués sous certaines conditions de ressources. Le PAS (Prêt Accession Sociale), par exemple, est soumis à des critères sociaux. Il a été mis en place pour faciliter l’accès à la propriété et à l’entretien pour les familles modestes. Le crédit « pass-travaux » est aussi un dispositif d’aide. Il est plafonné à 8 000 euros pour une durée maximale de remboursement de 10 ans. Il n’a pas de condition de ressources.

Pour aller plus loin encore, il y a le prêt amélioration de l’habitat. C’est pareillement un dispositif de la CAF qui concerne les locataires ainsi que les propriétaires d’une résidence principale. Limité à 1 067 euros, il se rembourse en 3 ans. Et pour finir, l’éco-prêt à taux 0. Il assure les travaux de rénovation en isolation ou en étanchéité des habitations.

Ce prêt a pour but de financer les réhabilitations énergétiques des logements. En se basant sur les types de travaux, il peut s’élever jusqu’à 30 000 euros. À titre indicatif, il est maintenant possible d’accumuler un deuxième éco-prêt pour un même logement. Cependant, la somme des deux éco-prêts ne doit pas dépasser les 30 000 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *